Normes et sacrements entre les Églises d’Orient et d’Occident : le cas des unions matrimoniales

Athens

23-24 April 2018

Research Program « Religious Norms and Practices between East and West »

École française d’Athènes

Normes et sacrements entre les Églises d’Orient et Occident : le cas des unions matrimoniales

L’administration des sacrements fonde par définition l’exercice de l’autorité de l’Église sur les fidèles. De cette manière elle marque la spécificité de l’institution ecclésiastique (dotée d’une législation propre pour sa juridiction spirituelle) et, dans le même temps, son ancrage profond dans les pratiques sociales considérées à différentes échelles. Le cas du mariage constitue indéniablement la meilleure illustration de ce phénomène puisqu’il s’agit d’un acte sacré qui ne se limite pas à un seul individu et qui, dans le domaine temporel, s’inscrit dans un enchevêtrement complexe d’intérêts et d’usages sociaux, culturels ou juridiques, directement liés à la consolidation des appartenances communautaires. Pour cette raison, les différentes Églises chrétiennes ont veillé à s’assurer progressivement une compétence exclusive dans la validation des unions – dès le Xsiècle pour l’Église byzantine, avec des pratiques qui ont perduré jusqu’à la fin de la période ottomane et parfois au-delà, ou à partir du XIIsiècle pour l’Église latine avant d’être définitivement codifiée par le concile de Trente. Les processus de construction des normes matrimoniales qui renvoient directement au droit canonique ne peuvent donc se comprendre qu’à condition de les replacer dans leur contexte historique. Cette thématique offre également un aperçu précieux du fonctionnement quasi quotidien des structures ecclésiastiques des différentes traditions en révélant leurs modes d’adaptation aux situations diverses et souvent changeantes mais également leurs ajustements réciproques dans les régions où plusieurs groupes religieux se retrouvaient en concurrence.

Ce workshop souhaite ainsi rompre d’une part avec la démarche classique des canonistes qui se concentrent le plus souvent sur l’évolution des textes juridiques sans la relier directement à la pratique et, d’autre part, avec les travaux consacrés à la coexistence dans les espaces pluriconfessionnels, qui analysent l’outillage normatif des Églises comme un élément secondaire à l’intérieur des stratégies sociales des populations locales. En adoptant la perspective institutionnelle, sur le temps long, notre enquête souhaite relier la réflexion juridique (contenue dans les traités ou les compilations normatives) aux défis concrets rencontrés par les clercs et les tribunaux ecclésiastiques à l’échelle locale. L’analyse fine de la chronologie à travers quelques études de cas choisies pour leur exemplarité permettra de saisir les transformations des cultures administratives des structures latines et grecques et orientales, en mettant en avant leurs contrastes mais aussi la circulation des modèles entre les différentes traditions.

Programme complet ici


Camille Rouxpetel

Camille Rouxpetel Enseignant-chercheur contractuel à l'Université d'Angers, ancien Florence Gould Fellow à la Villa I Tatti, the Harvard University Center for Italian Renaissance Studies et ancien membre scientifique de l'École française de Rome, section Moyen Âge Docteur en histoire de l'Université Paris-Sorbonne https://efrome.academia.edu/CamilleRouxpetel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.