Mission en archives: (résidence scientifique à l’Ecole française de Rome d’octobre à décembre 2021)

Les congrégations monastiques catholiques du Mont-Liban au XVIIIe siècle

Par Aurélien Girard, maître de conférences en histoire à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (CERHiC), en délégation au CNRS (CéSor)

Détail de la façade du couvent Saint Antoine l’Abbé à Rome, 2021 @Aurélien Girard

Les congrégations monastiques maronites et grecs-catholiques, qui apparaissent à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles au Mont-Liban, constituent les fers de lance du catholicisme oriental. Les moines prêchent, enseignent et assurent l’encadrement pastoral des populations de leurs rites. Les archives romaines et vaticanes complètent les sources libanaises (archives et manuscrits) pour nourrir plusieurs aspects de cette recherche. 

Il s’agit d’abord de comprendre comment ces ordres d’un genre nouveau se sont doté de règles et de constitutions. Les ouvrages, imprimés en langues orientales, après l’approbation pontificale de ces règles se trouvent dans les bibliothèques spécialisées. Les papiers de la congrégation de Propaganda Fide et les archives de Giuseppe Assemani à la Bibliothèque apostolique du Vatican permettent d’éclairer les étapes du processus, les demandes des supérieurs orientaux et les exigences romaines. Comment adopter ou imposer les normes catholiques tout en maintenant un caractère oriental à ces ordres ? La quête impossible conduit à l’invention de règles dites de « saint Antoine » ou de « saint Basile », des labels sans grande conséquence sur le contenu normatif, mais que Rome veut voir mentionner dans le cadre de sa politique de « maintien des rites ».

Ensuite cette résidence scientifique a permis de mener une moisson importante de sources sur les mobilités monastiques.  Si le déploiement des ordres en Egypte pour accompagner les diasporas marchandes maronite et surtout grecque-catholique est faiblement documenté par les sources romaines, les mobilités monastiques dans l’Europe catholique pour quêter de l’argent auprès des princes et des fidèles catholiques sont bien renseignées par les archives de la congrégation de Propaganda Fide qu’il convient alors de croiser avec des sources locales (policières, ecclésiastiques etc.). L’une des demandes récurrentes de ces ordres est de disposer d’une procure à Rome afin de former les moines, de faciliter la collecte et le transfert de l’argent et de peser sur le gouvernement romain pour obtenir des arbitrages favorables à la congrégation. En plus des archives du dicastère chargé des missions, les fonds (imprimés, manuscrits et archives) du monastère Saint Antoine l’Abbé, procure de l’Ordre libanais de saint Antoine (puis de l’Ordre maronite alépin après la division de 1770) depuis le milieu du XVIIIe siècle, apporte une moisson d’informations sur la vie économique, intellectuelle et religieuse d’une procure, et sur ses relations avec l’ordre. 

Enfin les archives romaines offrent une documentation particulièrement dense (et même parfois accablante pour le chercheur, par l’abondance des lettres reçues) pour comprendre les grandes crises des deux Églises au XVIIIe siècle dans lesquelles ces ordres jouent des rôles majeurs. C’est particulièrement évident dans le cas des deux congrégations basiliennes qui se disputent les évêchés et surtout le patriarcat. 


Camille Rouxpetel

Camille Rouxpetel Projet ERC EuQu-CRHIA-université de Nantes, ancien Florence Gould Fellow à la Villa I Tatti, the Harvard University Center for Italian Renaissance Studies et ancien membre scientifique de l'École française de Rome, section Moyen Âge Docteur en histoire de l'Université Paris-Sorbonne https://efrome.academia.edu/CamilleRouxpetel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search