Mission en archives : les « cause matrimoniali » des vicariats apostoliques de Beyrouth et d’Istanbul (Archivio Segreto Vaticano)

Le mariage catholique (Syrie/ Liban, XVIIe-début XXe)

Par Bernard Heyberger

Les interférences avec l’Église catholique après le concile de Trente ont entraîné des changements non seulement dans la pratique, mais aussi dans la conception même des sacrements chez les chrétiens d’Orient. C’est le cas en particulier du mariage. C’est évident pour les Églises qui se sont rattachées à Rome, et c’est à leur sujet que nous disposons d’une importante documentation. Mais cela ne signifie nullement que les Églises « maintenues » n’ont pas vu d’évolution de leur théologie, de leur liturgie et de leur pratique du mariage, la recherche ne permettant pas pour le moment d’aller très loin à ce sujet. 

On peut suivre à travers les synodes des Églises unies (ceux des maronites et ceux des melkites en particulier), l’introduction des normes romaines en matière de mariage. La principale innovation est celle de l’exigence du libre consentement des époux. Lorsque celui-ci est introduit dans le rituel même du mariage, il change le sens de la liturgie : en Orient, le mariage est donné par l’imposition des couronnes aux époux par le célébrant. Or, en bonne théologie catholique, c’est l’échange du consentement qui constitue le sacrement. 

L’autre grande innovation, extrêmement documentée dans les sources, est celle de la pratique de la dispense : dispense d’empêchement d’affinité / de consanguinité, dispense de disparité de culte. On voit ces pratiques se développer dans les archives à partir du XVIIIesiècle. Il s’agit de confessionnaliser le mariage, d’imposer l’autorité de l’Église dans des pratiques qui devaient souvent s’adapter au marché matrimonial, dans des sociétés montagnardes peu mobiles, ou au contraire dans des petits groupes citadins au marché matrimonial confessionnel trop étroit.

La discipline romaine veille aussi à combattre tous les aspects profanes de la célébration du mariage : liturgie célébrée à la maison et non pas à l’église, cortège pour accompagner l’épouse au bain, plaisanteries scabreuses, etc… On a vu la même évolution dans les pays catholiques. Mais en Orient, cette sacramentalisation du mariage a pour conséquence d’éloigner la pratique chrétienne de la célébration de l’alliance de celle des musulmans, dont elle était jusque-là très proche.  

Dans l’ensemble, l’introduction de ces nouvelles normes et de cette nouvelle discipline vise à renforcer l’autorité du clergé, du curé de paroisse et de l’évêque, sur les fidèles. Ces évolutions doivent donc être placées dans un contexte général d’encadrement et de juridicisation des rapports entre les fidèles et leur clergé. 

Il ne faut pas pour autant exagérer les conséquences de ces changements sur la société. Ceux-ci se sont heurtés à un certain nombre d’obstacles, le principal étant celui de la pluralité des sources d’autorités, rendant difficile d’imposer une norme unique. C’est ce qui ressort d’un examen de la production bureaucratique romaine autour des questions liées au mariage des Orientaux. 

Car on assiste à une forme de bureaucratisation de la pratique matrimoniale dans les mains du clergé. C’est au XIXesiècle que celle-ci apparaît le plus nettement dans les archives. Dans celles de la Propaganda Fide, puis dans celles de la congrégation des Églises orientales, les demandes de dispense et les contestations à propos d’affaires matrimoniales deviennent de plus en plus nombreuses. Dans les archives du vicariat apostolique de Beyrouth, et dans une moindre mesure dans celles du vicariat apostolique d’Istanbul, les « cause matrimoniali » forment d’épais dossiers pour la fin du XIXesiècle et le début du XXe. Ce sont ces dossiers dont j’ai pris connaissance et dont j’ai demandé des reproductions dans le cadre du programme « Les normes et les pratiques du religieux ».

On peut diviser cette documentation en deux catégories. D’un côté, les demandes de dispenses qui concernent une alliance dont au moins un des fiancés est de rite latin et relève de l’autorité directe du vicaire apostolique (pour les périodes plus anciennes : du curé latin). Ces demandes sont généralement succinctes, mais comportent toujours une lettre de motivation. Derrière le stéréotype de ce genre d’exercice, on peut néanmoins saisir une réalité sociale : l’étroitesse du marché matrimonial pour les « Latins » (dont beaucoup sont d’ailleurs des orientaux passés au rite latin), qui contraint à chercher un partenaire hors du catholicisme ou à l’intérieur d’un cercle étroit de parentèle normalement empêché par le droit canonique. Se dessine ainsi un tableau de la société levantine au XIXesiècle, surtout dans les villes cosmopolites comme Beyrouth, Smyrne et Alexandrie. Certaines affaires font apparaître aussi ces aventuriers, qu’on retrouve par ailleurs dans les archives consulaires, partis chercher fortune après avoir laissé une femme en Europe, ou promettant merveille à une fille du pays avant de l’abandonner en changeant de port. Une situation spécifique est également documentée : après les massacres de 1860 dans la montagne et à Damas, des demandes de dispense de consanguinité et d’affinité sont justifiées par le fait que des femmes isolées, ayant perdu leur famille dans les violences, n’avaient d’autre recours qu’un mariage au plus proche.

Dans toutes ces affaires, l’Église accorde généreusement la dispense, de peur de perdre toute autorité, et de voir le fidèle latin recourir à une juridiction concurrente ou s’éloigner de la fréquentation de l’Église. La dispense apparaît alors avant tout comme un acte qui confirme le rattachement d’une personne, et éventuellement de ses enfants, à l’Église romaine. Les conflits de juridiction avec les autorités ecclésiastiques non catholiques, ou catholiques orientales, ou avec les autorités consulaires, ne manquent pas.  

Le second type de « causes matrimoniales » qui apparaissent dans les dossiers du Vicariat apostolique est le recours en appel après un premier jugement rendu par un tribunal ecclésiastique d’une Église catholique orientale. Ces dossiers concernent des demandes d’annulation de mariage. Ils sont beaucoup moins nombreux mais beaucoup plus fournis que les précédents. Ils comportent en particulier les minutes des enquêtes diligentées sur place, et parfois celles des contre-enquêtes. L’usage des langues n’y est pas dénué d’intérêt : les interrogatoires en arabe sont souvent doublés d’une traduction italienne, les décisions sont en latin. Parfois, des documents en français y apparaissent. Pour ce dont on peut juger pour le moment, ces demandes d’annulation de mariage proviennent presque toutes d’un milieu maronite montagnard homogène, et le récit suit à peu près un même schéma : une fille très jeune a été amenée à épouser un garçon qui lui est apparenté par plusieurs liens d’empêchement. Des dispenses d’empêchement ont été demandées, mais, au moment de la demande de l’annulation du mariage, une dispense oubliée est opportunément exhibée, et sert de prétexte à l’annulation. 

Pourquoi demander l’annulation ? Pour les cas que j’ai pu examiner, la nuit de noces s’est mal passée, la fille s’est enfuie chez ses parents après avoir passé très peu de temps avec son époux. Malgré différentes pressions et supplications, elle refuse de regagner la maison et le lit de l’époux. Parfois, elle reste séparée de son époux, vivant chez ses parents, pour plusieurs années. Ce n’est que lorsqu’elle ou lui ou les deux voient un parti se présenter pour un autre mariage que l’annulation est demandée. Les dossiers ne permettent guère de saisir d’autres raisons au mariage puis à la demande d’annulation : notamment les questions liées à la possession et à la transmission des biens ne peuvent pas être abordées à travers ces sources.

Il n’en demeure pas moins que ces dossiers jettent un éclairage sur une société où tout le monde se connaît, où tout le monde est apparenté, par plusieurs liens d’affinité et de consanguinité. Le prêtre célébrant du mariage appartient lui-même à la famille de la fille ou du garçon. Curieusement, les enquêteurs ne semblent pas vouloir vérifier l’âge de la fille au moment du mariage, et ne s’appesantissent guère sur la question de son consentement, qui, dans ce contexte, ne pouvait être que conditionné par l’environnement, et les filles le font comprendre au moment où elles sont interrogées à ce sujet. 

Lorsque, pour vérifier les éventuels empêchements entre époux, l’enquêteur demande les registres paroissiaux, ceux-ci sont inexistants ou trop incomplets pour qu’on puisse en tirer des conclusions fermes, preuve qu’à la fin du XIXesiècle, dans ce milieu, on est loin d’appliquer le Synode du Mont Liban, qui, en 1736, a rendu obligatoire la tenue de ces registres. Preuve aussi que la généalogie reste un enjeu dans la constitution des solidarités et des haines claniques. Lorsque les époux sont interrogés sur leur lien de parenté, ils renvoient à des spécialistes de la généalogie dans le village. Ceux-ci ne disent pas forcément les liens de sang ou d’affinité tels qu’ils sont effectivement, mais tels que stratégiquement ils servent à fonder les solidarités et les équilibres. Dans ce contexte, la norme de l’inscription dans le registre constituerait plutôt un obstacle dans le fonctionnement « naturel » des relations sociales.

L’appel à la justice de l’évêque, puis, en appel à celle du pape (i.e. le vicaire apostolique) montrerait au contraire la volonté de recourir à une norme nouvelle et extérieure pour surmonter un conflit ou une impasse dans la société locale. Mais ce point mérite d’être plus profondément étudié, en prenant en compte les différentes étapes de la procédure. En tout cas, le pouvoir romain (incarné par le Vicaire apostolique) s’empare de ces affaires pour affirmer son pouvoir éminent sur le clergé oriental, et administrer à celui-ci de bonnes leçons de droit canonique. Il est vrai que, dans la montagne libanaise, il a moins à craindre des juridictions concurrentes, comme c’est le cas dans les villes. 

Dans l’ensemble, il me semble que ces dossiers font apparaître non pas une dialectique normes / société, ou modernisation / résistance à la modernisation, mais un jeu complexe d’acteurs, pour qui le recours aux normes ecclésiastiques peut être une ressource dans des enjeux locaux de pouvoir et de prestige. 


Camille Rouxpetel

Camille Rouxpetel Enseignant-chercheur contractuel à l'Université d'Angers, ancien Florence Gould Fellow à la Villa I Tatti, the Harvard University Center for Italian Renaissance Studies et ancien membre scientifique de l'École française de Rome, section Moyen Âge Docteur en histoire de l'Université Paris-Sorbonne https://efrome.academia.edu/CamilleRouxpetel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.