Église et société. Ecclésiologie et sociologie

Dominique Iogna-Prat

Il est désormais de bon ton, chez les médiévistes, de considérer que les termes « Église » et « société » sont co-extensifs. Si l’on comprend bien que, pour une bonne partie du Moyen Âge, l’Ecclesia soit la structure porteuse du social, se pose néanmoins la question de savoir, si à l’amont et à l’aval, on peut définir l’Église comme une société. Dans le long terme de la concrétion des savoirs appelés à servir de terreau aux sciences humaines et sociales, un temps qualifiées des « sciences morales », le discours de l’Église sur elle-même – l’ecclésiologie – et ses manières de donner forme au social peut ainsi se placer aux origines lointaines de la sociologie.

Deux manuels de référence en ecclésiologie : Yves Congar, L’Église de saint Augustin à l’époque moderne, Paris, 1970 (« Histoire des dogmes », 20), chap. 14-15 ; Sebastian Pié-Ninot, Eclesiologίa. La sacramentalidad de la comunidad cristiana, Salamanque, 2006.

La profondeur chrétienne du terme société, la communauté chrétienne comme « société politique » : Emanuele Coccia, « Societas », in I. Atucha et alii (dir.), Mots médiévaux offerts à Ruedi Imbach, Porto, 2011, p. 681-690 ; François Daguet, De la politique chez Thomas d’Aquin, Paris, 2015 (« Bibliothèque thomiste ») ; Dominique Iogna-Prat, Cité de Dieu, cité des hommes. L’Église et l’architecture de la société (1200-1500), Paris, 2016 ; Pierre Michaud-Quantin, P., Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen Âge latin, Paris, 1970.

La société comme question de l’Église catholique moderne et contemporaine dans ses rapports en miroir avec l’État : Roberto Di Stefano, « ¿ De qué hablamos cuando decimos “Iglesia” ? Reflexiones sobre el uso historiográfico de un término polisémico », Ariadna histórica. Lenguajes, conceptos, metáforas, 1, 2012, http://www.chu.es/ojs/index.php/Ariadna, p. 197-222 ; Carlo Fantappiè, Ecclesiologia e canonistica, Venise, 2015 ; Louis Foucher, La philosophie catholique en France au XIXesiècle avant la renaissance du thomisme et dans son rapport avec elle (1800-1880), Paris, 1955 (« Bibliothèque de la Société d’histoire ecclésiastique de la France ») ; Joseph Listl, Kirche und Staat in der neuren katholischen Kirchenrechtswissenschaft, Berlin, 1978 ; Paolo Prodi, « Chrétien-citoyen/sujet : appartenance à l’Église et appartenance à l’État entre Ancien Régime, Révolution et Restauration », in Id., Christianisme et monde moderne. Cinquante ans de recherches, Paris, 2006 (« Hautes Études »), p. 295-308.

La société comme question philosophique des Lumières et de la première tradition sociologique : Claudine Gautier, L’invention de la société civile, Paris, 1993 ; Johann Heilbron, Naissance de la sociologie, Marseille, 2006 ; Laurence Kaufmann et Jacques Guilhaumou (dir.), L’invention de la société. Nominalisme politique et science sociale au XVIIIesiècle, Paris, 2016 (« Raisons pratiques. Épistémologie, sociologie, théorie sociale », 14) ; Hervé Serry, « Saint Thomas sociologue ? Les enjeux cléricaux d’une sociologie catholique dans les années 1880-1920 », in J. Heilbronet alii (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, 2004, p. 59-81.


Camille Rouxpetel

Camille Rouxpetel Projet ERC EuQu-CRHIA-université de Nantes, ancien Florence Gould Fellow à la Villa I Tatti, the Harvard University Center for Italian Renaissance Studies et ancien membre scientifique de l'École française de Rome, section Moyen Âge Docteur en histoire de l'Université Paris-Sorbonne https://efrome.academia.edu/CamilleRouxpetel

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search